La société française d’assurance sfam a été créée en 1999. L’entreprise a immédiatement rencontré un franc succès, en proposant à ses clients des produits d’assurance innovants pour les mobiles, les objets multimédia et les lunettes. La croissance de la sfam est fulgurante. En effet, en 2017, son CA s’élevait à 250 millions d’euros. En 2019, on l’estime à plus de 700 millions. Mais, loin de prendre un rythme de croisière, l’entreprise continue sur sa lancée avec un projet pharaonique à Romans-sur-Isère. Pour en savoir plus sur ce projet, rendez-vous sur ce site.

SFAM : un projet monumental à Romans-sur-Isère

La sfam voit grand s’agrandit à Romans-sur-Isère, avec son campus. Sur un terrain de 3 hectares, le groupe sfam prévoit la sortie de terre de bureaux, d’un auditorium, de 8000 m2 de commerces, d’un hôtel de 80 chambres et de parkings. Le campus sfam offrirait du travail à plus de 2000 personnes.

L’assurance sfam est toujours très attentive au bien-être de ses salariés. Il y a 2 ans, la sfam a même crée le sfam Campus. Ce campus permet d’accueillir dans de bonnes conditions, 2000 salariés supplémentaires à Romans-sur-Isère. Chaque site dispose de lieux de convivialité (espaces verts, cafétéria, salle de sport…). L’objectif est le bien être des salariés. L’entreprise est d’ailleurs détentrice du label HappyAtWork. Ce label est attribué suivant la notation anonyme des salariés. Il honore les entreprises, dans lesquelles l’épanouissement au travail est mis en avant.

L’assurance sfam a également l’ambition de contribuer à la formation des jeunes recrues, notamment dans le secteur commercial. L’assurance sfam a ainsi noué un partenariat avec la chambre de commerce de la Drôme et accueille, dans ce cadre, de nombreux alternants.

En 2017, une « académie sfam » a été créé en interne. Les formations proposées vont du niveau BTS ou du niveau Bachelor commercial. Chaque jeune reçu dans l’entreprise est accompagné par un tuteur. Au terme de son parcours réussi, l’alternant se voit proposer une embauche en tant que téléconseiller, dans le cadre d’un CDI. Les profils les plus talentueux sont ensuite repérés et accompagnés, afin de bénéficier d’une évolution interne. L’expansion de l’assureur repose également sur la fidélisation de ses salariés.

SFAM : une communication nationale et locale bien maîtrisée

Pour garantir-conserver un service client de qualité, la sfam maintient en France où elle emploie 2000 salariés. L’entreprise possède, en effet, des antennes à Paris, Roanne et Romans-sur-Isère, la ville où l’aventure a commencé. L’entreprise participe ainsi au maintien de l’emploi local. Par ailleurs, en internalisant son service client, l’assureur garde la main sur sa relation avec ses distributeurs et avec ses clients. Ce qui est sans doute une des raisons de son succès.

Tout en restant très présente en France, la sfam s’est développée à l’international et particulièrement en Belgique et en Espagne mais aussi en Suisse. D’ailleurs, l’entreprise a inauguré des locaux de 1000 m² en début d’année à Barcelone.

Histoire et évolution de la sfam : les défis relevés et les succès de son dirigeant

Sadri Fegaier, le fondateur de l’entreprise, a monté le projet sfam, lorsqu’il n’avait qu’une vingtaine d’années. A la tête de deux franchises de téléphonie mobile, il a constaté que ces objets pourtant coûteux ne pouvaient être assurés simplement, afin de les protéger en cas de dommages. Il a donc décidé de créer une assurance dédiée à la protection des mobiles et objets connectés. Les professionnels nomment ce type d’offre : assurance affinitaire.

Le dirigeant a toujours eu la volonté de développer la sfam en diversifiant ses activités. En plus d’assurer les téléphones portables, l’assureur spécialisé a élargi son offre à l’ensemble des objets connectés, dont les drones.

Le projet sfam consiste également à prendre des parts dans d’autres entreprises complémentaires. C’est pourquoi, l’année dernière, le courtier grossiste spécialisé en assurance affinitaire est devenu le deuxième actionnaire de la FNAC. Il devrait également lancer prochainement une offre permettant de créer son site Internet en deux minutes. L’assureur, dont le chiffre d’affaires se monte à 700 millions d’euros espère atteindre le milliard dans les deux ans.